Un de mes dessins… Tweety

7122008

Tweety

Et voilà un dessin dont je suis plutôt fière, mais j’ai du le foncir pour qu’on le voit bien… Je suis entrain de le mettre en couleur, donc la version couleur à venir :P




Les Québecois ça parle comment? :P

21072008

 

 

Un petit hommage à ma province

 

ça vient de chez :

 

http://www.lespasseurs.com/texteamediter.html

 

qc

 

La Parlure Québécoise

Le vocabulaire québécois est riche de mots liés à son histoire, on retrouve à travers la parlure québécoise :

- des régionalismes français, c’est-à-dire des emprunts faits aux divers patois connus des colons : bavasser (bavarder, dire des médisances); la boucane (fumée); la broue (mousse); la brunante (crépuscule); maganer (abîmer, maltraiter); une patate (pomme de terre); etc.

- des emprunts faits à la langue amérindienne : un achigan (un poisson); un atoka (canneberge); la babiche (lanière de cuir cru), etc.

- des québécismes, c’est-à-dire des mots ou expressions propres au français du Québec : bûcher (abattre un arbre, couper du bois); il mouille (il pleut); la poudrerie (fine neige tourbillonnante); une secousse (un certain temps); le solage d’une maison (les fondations); une tuque (un bonnet de laine); etc.

Pour mieux comprendre les subtilités de la langue québécoise, nous avons classé ses particularités par thème :

Les termes nautiques
Au tout début de la colonisation de la Nouvelle-France, la mer, les fleuves et autres cours d’eau constituaient les voies principales de déplacement. L’importance de ce mode de transport s’est reflétée dans la langue. On ne monte pas en voiture, on n’en descend pas, on y embarque et on en débarque. Le linoléum est appelé prélart, au Québec. On est bien greyé (gréé) quand on est bien habillé. En Acadie d’ailleurs, on ne lace pas ses chaussures mais on amarre ses souliers.

Les termes amérindiens
Il était tout à fait naturel d’emprunter aux populations autochtones les mots décrivant l’environnement qui était le leur, comme caribou, achigan, mocassin, touladi, babiche, pécan, toboggan (algonquin), ouananiche (montagnais), anorak, parka (inuit) qui sont tous des poissons d’eau douce, et bien sûr les mots de la toponymie comme Ottawa, Québec, Yamaska, Manicouagan, Massawippi.

Les archaïsmes ou vieux français
Vieilles prononciations (moé au lieu de moi, prononciation du mot canard) ou mots du vieux français :
· Guenilles : vêtements ou chiffons
· Un Char : une voiture
· La boucane : la fumée
La champelure
: le robinet
· Bavasser : bavarder, dire des médisances
· Broue : mousse de la bière
· La brunante : crépuscule
· Une patate : pomme de terre
Asteur : de nos jours
Débarrer : ouvrir
Face : visage

Les dialectes régionaux
Mots et prononciations importés des provinces françaises: garrocher pour lancer, achaler pour embeter, magané pour fatigué, épuisé, ou détérioré s’il s’agit d’un objet. Prononciation du t final comme dans icitte ou pantoute, ce dernier mot dérivé de pas en tout, pas du tout. « J’ai pas eu peur pantoute ! ».

Les anglicismes
Au Québec, Il faut défendre le français contre l’anglais qui est omniprésent. Le Québec a donc remplacé au coin des rues les panneaux STOP par ARRÊT, le week end par fin de semaine, le ferry par traversier, un email par courriel, contraction de courrier électronique et les rollers deviennent des patins à roues alignées.

Autres exemples :
· Le maïs éclaté : Le pop corn
· Un chien chaud : Un hot dog
· Mouver : Se déplacer
· Truster : Faire confiance
· Nettoyeur : Pressing
· Stationnement : Parking

Les créations ou québécismes
L’acériculteur et sa cabane à sucre dans l’érablière, la poudrerie (fine neige tourbillonnante) quand le vent souffle pour former des bancs de neige (congères), le panache de l’orignal, la tuque (bonnet de laine) sur la tête. Mais aussi : bûcher (abattre un arbre, couper du bois), il mouille (il pleut), le solage d’une maison (les fondations), etc.

Expressions courantes

  • Les trois repas: le déjeuner (matin), le dîner (midi), le souper (soir), comme dans certaines régions de France, le Nord en particulier
  • Je suis tanné, c’est platte, j’en ai marre, c’est ennuyant
  • C’est pas si pire, c’est bien mais ça pourrait être mieux
  • Envoye-donc, (prononcer envouaille don), allez, vas-y!
  • T’es ben fin, tu es bien gentil

Prononciation

  • Réduction du prénom il en y: Y peut pas v’nir, y’é malade
  • Réduction de elle a en aa: aa pas le temps, aa mal au dos
  • Contraction de je suis en chu: chu fatigué, chu tanné
  • Prononciation du t final: un pet(te), un bout(te)
  • Prononciation du ï : je te haïs (« a i »)
  • Un vieux t final qui persiste, même là où il n’y en a pas: Y fait frette (froid), pomme pourritte.

Choses et objets divers

  • Une bibitte, un insecte ou un animal (en France on préfère bébête)
  • Les bobettes, slips ou petites culottes
  • Une chicane, un conflit, une dispute
  • Une débarbouillette, le carré de tissu éponge qui remplace le gant de toilette européen
  • Une liqueur, boisson gazeuse
  • Une piastre, prononcer piasse, un dollar
  • Une tabagie, où l’on vend du tabac et des journaux
  • Le dépanneur, épicerie ouverte 24h/24
  • Une tuque, un bonnet tricoté, avec ou sans pompon
  • C’est dispendieux, ça coûte cher
  • Du blé d’Inde, du maïs en épis ou en grains
  • De la tartinade, pâte à tartiner
  • « La » gang (prononcer gaingue), le groupe, d’amis ou autres
  • Une laveuse, un lave-linge
  • Une sécheuse, un sèche-linge
  • Un maringouin, un moustique
  • Les vidanges, les poubelles

Le -tu

  • Il suffit d’ajouter -tu aux verbes pour en renforcer la forme interrogative, que l’on soit à la deuxième personne ou non, comme dans « tu m’aimes-tu? », « y s’en vient-tu? », « on y va-tu? ».

Suçon ou sucette ?

  • Un cas un peu spécial de mots qui ont différentes significations selon qu’on soit d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique. Que met-on dans la bouche de Bébé pour ne plus les entendre : au Québec, c’est une suce, en France une tétine. Le bonbon fixé à l’extrémité d’un bâtonnet est appelé sucette en France et suçon au Québec. Et cette petite marque dans le cou qu’on appelle en France un suçon est au Québec… une sucette!

Des actions

  • Achaler, embêter quelqu’un (celle-ci vient tout droit de la Vendée)
  • Capoter, paniquer, devenir fou
  • Chauffer un char, conduire un véhicule
  • Magasiner, faire du shopping (!)
  • Sacrer son camp, partir
  • Se pogner le cul, ne rien faire, paresser
  • Faire son lavage laver
  • Faire du pouce : faire du stop
  • Etre choqué : être fâché
  • Etre chaud : avoir bu de l’alcool
  • Etre bourré : avoir trop mangé

Les noms mis au féminin

Une job, une gang, une cenne (un cent, le sou du dollar), une police (un policier), une game (un jeu).

Des américanismes

  • Slaquer, (to slack), donner du mou, mais aussi mettre à pied (un employé)
  • Backer, (to back), supporter quelqu’un (ou une proposition)
  • Ouatcher, (to watch), surveiller
  • Chéquer, ( prononcer tchéquer), (to check), vérifier, surveiller
  • Être badloqué, (bad luck), malchanceux
  • Prendre une marche, (to take a walk), faire une promenade à pied
  • Un robineux, (clochard), qui boit de l’alcool à friction ou robine, « rubbing alcohol »
  • Une bécosse, la cabane au fond du jardin, la toilette extérieure (back house)
  • La boîte à malle, la boîte aux lettres (mail box)
  • Un ticket (prononcer tickette), une contravention
  • Un appointement, (an appointment), un rendez-vous
  • Une bonne joke, une bonne blague
  • Le vocabulaire automobile : les brakes, la clutch, le hood, le steering….
  • Breuvage pour boisson
  • Aller cruiser : Aller draguer
  • Cover charge : Le droit d’entrée (dans une boîte de nuit, par exemple)
  • Du change : De la monnaie
  • Arena : patinoire
  • Tomber en amour : (fall in love), être amoureux
  • Tip : pourboire
  • Toune : chanson (tune)
  • Napkin : serviette

LES MOTS QUI PRËTENT A SOURIRE OU AU QUIPROQUO EN fRANCE

· Turluter : Fredonner
· Le pedigree : Le C.V.
· Les gosses : Les testicules
· Le bidou : Le fric
· C’est écoeurant : C’est fabuleux
· Il mouille : Il pleut
· Capote pas : Ne t’énerve pas
· Grimper dans les rideaux : Se fâcher violemment

Des « sacres »

Le Québécois ne s’écrie pas « Nom de Dieu! » comme le Français. Au lieu du « Nom de Dieu », il a à sa disposition un bon répertoire de « sacres ». Un « sacre », c’est ni plus ni moins qu’un blasphème. Il faut, pour bien sacrer, faire appel au vocabulaire religieux.

Les sacres « durs »: criss, tabernacle ou tabarnak, ostie, calvaire, câlisse, ciboire, sacrament. On les combine pour en augmenter l’effet, on les sanctifie : saint-ciboire! maudit sacrament de tabernac’ à deux portes!
Les sacres versions douces et donc moins choquants: tabarnouche, calvasse.




Des textes à lire!

21072008

http://www.lespasseurs.com/texteamediter.html

Un site bien avec plein de textes à lire que ce soit pour réfléchir ou relaxer ou alors s’émerveiller. Les récents texte publiés sur ce blog vient de là!

Bonne lecture et je continue à en mettre quelque uns sur mon blog

chat livre




Comme quoi les gens ne sont pas toujours ce qu’il semble…

18072008

Questions d’éthique
1- Si vous saviez qu’une femme était enceinte, qu’elle avait déjà 8 enfants dont 3 sourds, 2 aveugles et un mentalement en retard, qu’elle avait la syphilis; lui recommanderiez-vous l’avortement???

AVANT DE REPONDRE, LISEZ LA QUESTION SUIVANTE…

2- Voici les élections pour le leader de la planète. Votre vote est très important. Voici un portrait des 3 principaux candidats…

Candidat A : Parfois associé à des politiciens véreux, consulte des astrologues,a 2 maitresses. Il fume comme une cheminée et boit de 8 à 10 martinis chaque jour.

Candidat B : Par deux fois été chassé de son emploi. Il dort jusqu’ midi tous les jours et boit le quart d’une bouteille de whisky chaque soir.

Candidat C : Héros de guerre décoré, il est végétarien, ne fume pas et ne boit qu’une bière de façon occasionnelle. Il n’a jamais eu de relation extra-maritale.

Lequel de ces candidats aurait votre vote?
Prenez d’abord votre décision, puis surligner la suite du texte…

Le candidat A est Franklin D. Roosevelt
Le candidat B est Winston Churchill
le candidat C est Adolph Hitler

Et si vous aviez répondu « oui » à la question sur l’avortement, vous auriez tué Beethoven.

 

 




Estime de soi… bon pour tous

18072008

On a tous besoin de s’estimer… ce n’est pas facile, mais voilà des choses simples à faire!!!

 

mer

 

Principes simples mais efficaces à appliquer pour retrouver l’estime de soi.

 

1. Soyez indulgent avec vous-mêmes lorsque que vous commettez des erreurs.
2. Concentrez vous sur vos points forts et vos réussites.
3. Apprenez à dire « non ».
4. Rejetez avec indifférence toute remarque désobligeante.
5. Considérez chacun comme votre égal.
6. Sachez apprécier les erreurs et en tirer les leçons.
7. Faites du bonheur une habitude.
8. Acceptez d’avoir tort avec sérénité.
9. Cessez de pester contre vous-même.
10. Trouvez un emploi qui vous convient.
11. Ne vous préoccupez pas de l’image que vous donnez.
12. Acceptez-vous sans condition dès aujourd’hui.
13. Vous méritez mieux que ce que vous croyez.
14. Recouvrez la liberté.
15. Accordez-vous chaque jour une parenthèse de plaisir.
16. Soyez prêts à vous investir dans vos désirs.
17. Demandez-vous ce qui pousse les gens à vous dire que vous les avez gravement blessés.
18. L’opinion que vous avez de vous-même doit être prépondérante.
19. Soyez 100 % positif un jour par semaine.
20. Admettez que les gens soient différents de vous.
21. Déterminez votre propre définition de la perfection.
22. Résistez à l’envie de changer pour que les autres vous aiment.
23. Ne vous comparez à personne.
24. Etre différent ne doit pas vous perturber.
25. Evitez de vous causer des souffrances inutiles.
26. Cessez de vous identifier à vos actes.
27. Accordez de l’importance à vos décisions judicieuses.
28. Donnez la priorité à l’opinion que vous avez de vous-même.
29. Prenez votre santé en main.
30. Gardez le sourire quand on vous critique.
31. Sachez vous adapter.
32. Forgez votre opinion et prenez vos décisions.
33. Acceptez les compliments de bonne grâce.
34. Accordez de l’importance à vos idées.
35. Apprenez à accomplir vous – même les tâches que vous confiez aux autres.
36. Ne prenez aucune sorte de compétition trop au sérieux.
37. Participez à la vie politique.
38. Vos besoins personnels sont les plus importants.
39. Ayez une vision juste des autres.
40. Dites « non » à la culpabilité.
41. Pensez que vous êtes quelqu’un d’estimable.
42. Pardonnez-vous toutes vos fautes.
43. Interprétez chaque événement de manière positive.
44. Chassez tout mauvais sentiment que vous éprouvez envers les autres.
45. Apprenez à résoudre vos problèmes.
46. Défendez vos intérêts.
47. Fiez vous le plus possible à vous-même.
48. Considérez toutes vos pensées comme acceptables.
49. Acceptez l’entière responsabilité de ce qui vous arrive.
50. Ne reconnaissez vos torts que lorsque cela se justifie.
51. Demandez-vous si vous vivez par procuration.
52. Dites ou pensez du bien des autres.




N’oubliez pas ce que vous valez!

18072008

Un conférencier bien connu commence son séminaire en tenant bien haut un billet de 20 $. il demande aux gens : – Qui aimerait avoir ce billet ? Les mains commencent à se lever alors il dit : – Je vais donner ce billet de 20$ à quelqu’un de vous mais avant, laissez-moi faire quelque chose avec. Il chiffonne alors le billet avec force et il demande : – Est-ce que vous voulez toujours de ce billet ? Les mains continuent à se lever.
- Bon, d’accord, mais que se passera-t-il si je fais cela. Il jette le billet froissé par terre et saute à pieds joints dessus, l’écrasant autant que possible et le recouvrant des poussières du plancher. Ensuite il demande :
- Qui veut encore avoir ce billet ? Évidemment, les mains continuent de se lever !
- Mes amis, vous venez d’apprendre une lecon… Peu importe ce que je fais avec ce billet, vous le voulez toujours parce que sa valeur n’a pas change, il vaut toujours 20 $. Plusieurs fois dans votre vie vous serez froissés, rejetés, souillés par les gens ou par les événements. Vous aurez l’impression que vous ne valez plus rien mais en réalite votre valeur n’aura pas changé aux yeux des gens qui vous aiment ! La valeur d’une personne ne tient pas à ce l’on a fait ou pas, vous pourrez toujours recommencer et atteindre vos objectifs car votre valeur intrinsèque est toujours intacte.

 

20$




Les vampires… selon Anne Rice!

29062008

Connue malheureusement par les adaptations cinématographiques, qui selon moi sont de très piètres tentatives de rendre la grandeur de l’oeuvre d’Anne Rice, sa saga sur les vampires m’a totalement fasciné! Elle a réinventé le mythe et construit une histoire aussi vieille que l’humanité… Un esprit qui décide de posséder un corps pour vivre les sensations physiques, voilà ce qui explique la naissance des êtres aux sens exacerbés que sont les vampires. Au travers du sang de leur victime, ils vivent leur vie et leurs émotions. Au fils du temps, il s’est formé des clans et des lois parmi ses pseudo-immortels. Un personnage clé, Lestat, nous mènera à travers les siècles, les philosophies et les croyances. 

Ces livres je les ai lu il a un certain temps…

Entretien avec un vampire

 Lestat, le vampire

La reine des damnés

Le voleur de corps

Memnoch le démon 

J’en garde des souvenirs fascinants que ce soit des bouts du récit comme tel à son premier degré, des bribes de l’Histoire, des philosophies ou des émotions. 

Un seul conseil lisez-les… vous regarderez peut-être plus souvent par-dessus votre épaule le soir dans les rues… mais ça vaut la peine

Bien sur, j’ai lu d’autres livres d’Anne Rice que ce soit l’histoire des sorcières Mayfair, celles des Taltos ou alors les infortunes de la belle au bois dormant. Je vous en parlerai une autre fois. Langue

 




Pourquoi rien n’est fait… si une enfant de 13 ans comprend…

27062008

 

Image de prévisualisation YouTube

Je suis retournée par ce discours… si une enfant de 13 ans voit les choses aussi clairement, comment des gouvernements composés d’adultes ultra éduqués peuvent ne pas réaliser ou ne pas agir…

Chacun doivent faire ses petits efforts, mais les gouvernements doivent organiser et diriger les actions pour en augmenter l’impact… c’est leur rôle. Jouons aussi le nôtre! 




Blessid union of souls

20062008

J’ai découvert ce groupe dans le film pokémon que j’écoutais avec mon ptit frère Surprise

D’abords la chanson du film… Brother my brother… avec des images d’une série que je veux commencer à écouter…

Image de prévisualisation YouTube

Ensuite, une que j’adore… light in your eyes… avec des images de la petite sirène (C’était la vidéo avec la meilleure qualité de son)

Image de prévisualisation YouTube


et une qui bouge… Rev it up

Image de prévisualisation YouTube




S’aimer pour vrai!

12062008

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et, alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle, n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation, ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment.
Aujourd’hu, je sais que ça s’appelle Respect.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Amour Propre.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grand plans , j’ai abandonné les méga-projets du futur. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime, quand ça me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison et me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert l’ Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir, mais si je la mets au service de mon coeur, elle devient un allié très précieux.
Tout ceci est Savoir vivre !







Amis de la nature |
"Lorsque tu ne sais pas où ... |
Videos-minute |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humains
| coeurtendre63
| lemat